Fr  En 
Panier 0

Noël Autrement #2 : Réflexion autour de la surconsommation

Discussion Inspiration Noël Slow

À la suite d'un de mes posts sur Instagram, une discussion s'est lancée sur les dérives consuméristes liées à cette période de l'année. Il y avait tellement de choses à dire et le sujet était bien trop intéressant pour le laisser noyé dans les commentaires des réseaux sociaux; aussi, j'ai contacté Stéphanie, maman de 3 enfants et néo-montréalaise, pour poursuivre cette discussion qui rentre si bien dans mon thème de "Noël Autrement".

 

Bonjour Stéphanie,  peux-tu te présenter en quelques phrases ?

Bonjour!
Je suis française et expatriée au Canada depuis fin août. Je suis maman de 3 tornades de 9, 7 et 3 ans, 2 garçons puis 1 fille.
J’ai une première formation et expérience professionnelle d’une dizaine d’année dans le domaine comptable et financier. L’année dernière, j’ai repris mes études pour devenir modéliste par passion pour la couture que j’ai découverte il y a 5 ans. Durant mes études, le sujet de la mode éthique a été abordé et prendre conscience à quel point les vêtements sont devenus presque jetables m’a fait longuement réfléchir sur notre responsabilité en la matière.

C’est sur Instagram que nous avons fait connaissance après l’un de mes posts où je parlais de Noël et de la surconsommation. Peux-tu nous dire ce que cela représente pour toi et comment tu essaies de gérer la situation avec tes enfants?

Depuis le 1er Noël de notre aîné, nous avons demandé aux grands-parents, oncles, tantes, amis de ne faire qu’un cadeau à nos enfants. Cela nous semblait bien suffisant, malheureusement, cela n’a pas été souvent respecté, nous avons dû batailler…encore aujourd’hui.
J’ai beaucoup de mal avec cette idée de « plus le cadeau est gros/plus je t’offre de cadeaux, plus je t’aime ». Je me suis fiancée parmi les premières dans notre cercle d’amis…plus les années avançaient et plus les bagues étaient grosses et coûteuses, comme une sorte de surenchère.
J’ai ce sentiment de boulimie de la consommation aujourd’hui. Comme si pour être heureux  il fallait consommer : avoir le dernier portable, le dernier sac à la mode, des enfants parfaitement lookés dans une chambre remplie à craquer de jouets.

Depuis 2 ans, sur ma liste de Noël, en tout premier, je demande de faire un don à une association qui me tient à cœur. La première année, cela a beaucoup surpris : ce n’était pas un cadeau ! Mais, honnêtement, je n’ai besoin de rien ! J’aimerais faire prendre conscience à mes enfants de ce qui est précieux. Est-ce avoir un magasin de jouets dans sa chambre ou faire un jeu de société en famille ? Il y a quelques années, lorsque mon grand regardait le catalogue Playmobil, il m’a dit : je n’ai pas ça, je n’ai pas ça, etc. Je l’ai pris par la main, nous sommes allés dans sa chambre, j’ai ouvert son armoire et j’ai essayé de lui expliquer qu’il valait mieux regarder ce qu’on avait plutôt que ce qu’on n’avait pas car sinon, il nous manquerait toujours quelque chose.

Que représente, finalement, Noël à tes yeux?

Noël représente malheureusement de plus en plus une fête mercantile à mes yeux. Je ne devrais peut-être pas le dire, mais ce sont les vacances que j’aime le moins, on court à droite à gauche, on mange trop. On en revient plus fatigués qu’en partant.
On offre de plus en plus de cadeaux et de moins en moins de temps. À mes yeux, Noël devrait représenter la joie de se réunir, une trêve dans d'éventuelles discordes. Être un moment où on éprouve simplement de la gratitude à être entouré de sa famille.
Et j'adorerais que cela se fasse sans tous les "chichis" qui vont souvent avec...toutes ces contraintes (vestimentaires ou culinaires) qu'on se pose et qui parfois ternissent un bonheur qui devrait être simple.
Le Noël idéal, en fait, je l'ai vécu plusieurs fois dans la famille de mon mari.

Il y a quelques années encore, on se réunissait un week-end dans un gîte autour de ses grands-parents (qui ont eu 6 enfants). On était une bonne quarantaine, juste avec les descendants directs et leurs "pièces rapportées".
Sa grand-mère était un véritable ange. Toujours souriante, douce et d'une bienveillance incroyable. Elle nous a malheureusement quittés, mais le grand-père de mon mari vient de fêter ses 99 ans. Et il nous appelle de France pour nous souhaiter nos anniversaires !
Leur seule richesse a toujours été leur famille, ils rayonnaient lors de ces réunions familiales. Lorsqu'il était petit, mon mari ne recevait pas de cadeau de leur part car ils n'avaient pas les moyens d'en offrir à tous leurs petits enfants. Mais qu'importe, ils leur ont apporté bien plus que des jouets !

De manière plus générale, comment se traduit ton ras-le-bol de la surconsommation au quotidien? Quels petits gestes appliquer lorsque l’on a 3 enfants et que tout représente un coût?

Mon ras le bol de la surconsommation a été à son summum cet été lorsque nous avons dû vider notre maison du sol au plafond en quelques semaines. Nous sommes réputés pour ne pas stocker et être super ordonnés et pourtant…
Il y a des magasins comme Zara dont je ressors aussi vite que j’y suis rentrée : ces tas de vêtements sur les tables me donne une impression d’indigestion. Alors je commande en ligne. Moins de tentations. Dans la même logique, je me suis désabonnée de beaucoup de lettres d’informations. J’essaie de recycler les vêtements pour qu’ils durent le plus possible. Les joggings troués deviennent des shorts l’été : un petit revers piqué à la machine et le tour est joué, un patch girly sur un t-shirt blanc des grands frères, un ancien sweat-shirt à moi utilisé pour faire un cache-cœur à ma puce…la couture aide beaucoup à recycler. En France, nous faisions des vide-greniers, étions adeptes du bon coin ou allions chez Emmaüs. Ici, nous découvrons Kijiji et Renaissance. Nous trions leurs jouets régulièrement avec eux.
Il est très très rare que je jette un vêtement. Si il est en bon état, je le donne. Si il est tâché ou troué, il finit en chiffon ou chez H&M. Certes, on reçoit 5$  à utiliser sur un prochain achat (et en choisissant la ligne Conscious c’est encore mieux !) mais surtout, tous les vêtements sont recyclés.
Dans les petits gestes du quotidien : les enfants ont chacun leur gourde, j’ai acheté en arrivant ici des gourdes pour compote réutilisables, nous allons à la bibliothèque depuis qu’ils sont tout petits, on leur apprend à éteindre les lumières, à ne pas laisser couler l’eau.
Je suis très loin d’être exemplaire au quotidien. Je fais de mon mieux, selon les périodes, selon le temps dont je dispose, selon l’état de mes troupes (les urgences changent alors…).J’aimerais en faire plus mais avec 3 jeunes enfants, l’intendance est lourde…le temps précieux et la fatigue arrive vite! Pour continuer sur ma lancée, je viens de lire un livre sur le minimalisme qui m'a beaucoup plu! (Minimalisme : La quête du bonheur et de la liberté par la simplicité )

 

Un grand merci à Stéphanie pour ses réponses et son temps !

N'hésitez pas à votre tour à nous livrer vos témoignages et ressentis sur cette période de noël en particulier, et sur la surconsommation en général.

 



Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés